Home > Actualités > PAC, agrivoltaïsme : protéger les droits des paysan.ne.s pour ...
Partager sur :
MOBILISATION
13.04.2021

PAC, agrivoltaïsme : protéger les droits des paysan.ne.s pour assurer le renouvellement

13.04.2021 -
La Confédération Paysanne de l’Indre, en la personne de deux de ses co-porte-parole, Robin DOUBLIER et Sylvain GOURBAULT, rencontre ce mardi le nouveau Préfet de l’Indre, M Stéphane BREDIN, pour l’alerter sur les problématiques rencontrées par les paysans et paysannes du département. Nous interpellons le Préfet : - sur les arbitrages à venir de la Politique Agricole Commune (PAC*), dont les évolutions ne sont pas à la hauteur des enjeux que nous rencontrons : renouveler les générations, installer de nouveaux paysans, garantir leurs droits et leur revenu et assurer la transition agroécologique ; - et sur l’urgence d’une loi foncière ambitieuse pour encadrer la régulation du foncier agricole et réduire les risques d’accaparement et d’artificialisation des terres.

Communique de presse

Le 13/04/2021

 

PAC*, agrivoltaïsme : protéger les droits des paysan.ne.s pour assurer le renouvellement

La Confédération Paysanne de l'Indre rencontre le nouveau Préfet

 

La Confédération Paysanne de l'Indre, en la personne de deux de ses co-porte-parole, Robin DOUBLIER et Sylvain GOURBAULT, rencontre ce mardi le nouveau Préfet de l'Indre, M Stéphane BREDIN, pour l'alerter sur les problématiques rencontrées par les paysans et paysannes du département. Nous interpellons le Préfet :

  • sur les arbitrages à venir de la Politique Agricole Commune (PAC*), dont les évolutions ne sont pas à la hauteur des enjeux que nous rencontrons : renouveler les générations, installer de nouveaux paysans, garantir leurs droits et leur revenu et assurer la transition agroécologique ;
  • et sur l'urgence d'une loi foncière ambitieuse pour encadrer la régulation du foncier agricole et réduire les risques d'accaparement et d'artificialisation des terres.

-----------------

Les arbitrages du Plan Stratégique National, la déclinaison française de la PAC**, sont imminents. La Confédération Paysanne de l'Indre s'inquiète des dernières propositions du gouvernement pour la nouvelle PAC* prévue pour 2023 et du manque d'ambition global pour soutenir les actifs paysans et la transition agro-écologique.

Nous sommes très fortement inquiétés par :

  • la remise en cause des aides à l'agriculture biologique et aux mesures agro-environnementales ; un ecosheme avec la certification HVE***, dite haute valeur environnementale, comme pierre angulaire est une impasse, tout comme le refus d'un transfert supplémentaire entre le 1er et le 2d pilier ;
  • la fusion des enveloppes des aides couplées destinées aux vaches laitières et vaches allaitantes. Cette mesure viendrait achever les éleveurs.euses de bovins allaitants déjà en pleine crise de revenu ;
  • l'absence de mesures de soutien aux petites fermes et aux productions oubliées de la PAC*, comme le maraîchage ou l'arboriculture.

Nous exigeons une PAC* qui :

  • soutienne une agriculture durable et écologique avec le renforcement des aides au maintien et à la conversion en agriculture biologique et les Mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) ;
  • maintienne et renforce la surprime des aides pour les 52 premiers hectares et le paiement redistributif, qui permettent de soutenir les petites fermes et les productions à valeur ajoutée et créatrices d'emplois, jusqu'ici oubliées de la PAC* (maraîchage, arboriculture, élevage paysan)

----------------------------

La Confédération Paysanne de l'Indre revendique également le droit à la terre pour les paysan.ne.s. Aujourd'hui, les risques d'accaparement de terres, de course à l'agrandissement, de spéculation sur le foncier agricole, d'artificialisation vont grandissant. Il est pourtant essentiel de garantir la sauvegarde et l'accès des terres pour les paysan.ne.s et les candidat.e.s à l'installation, pour assurer la souveraineté alimentaire des territoires. Nous alertons aujourd'hui le Préfet, entre autres risques, sur le développement des parcs photovoltaïques sur des terres agricoles et naturelles. Nous sommes tout à fait favorables au solaire sur les toits, les parkings, les anciennes décharges, les friches industrielles administratives ou commerciales. Mais nous demandons un moratoire sur les projets de centrales photovoltaïques sur terres agricoles ou naturelles du département tant que le recensement des sites dégradés n'a pas été effectué et rendu public (en accord avec la charte départementale sur le photovoltaïque, signée notamment par la Préfecture, qui engage les signataires à « limiter la consommation de fonciers agricoles, forestiers et naturels » et à fournir « un recensement des sites dégradés, pollués ou artificialisés à l'échelle départementale »). Plus largement, nous demandons une loi foncière ambitieuse, à hauteur des enjeux actuels, pour réduire l'accaparement et l'artificialisation.

*PAC* : Politique agricole commune

** HVE* : Haute Valeur Environnementale

 

CONTACTS

Robin DOUBLIER : Co-porte-parole de la Confédération Paysanne 36 – 07 69 19 92 34

Sylvain GOURBAULT : Co-porte-parole de la Confédération Paysanne 36 – 06 87 89 66 60

 

Emilie DOUSSIN : animatrice de la Conf' 36 – 02.54.61.62.40 – 06.41.05.79.74

 

Revue de presse :

- Nouvelle République en ligne du 13/04/2021

NOUS CONTACTER Confédération paysanne de l'Indre
02 54 61 62 40 - confpays36@gmail.com