de l'Indre

QUI SOMMES-NOUS

Pour une agriculture paysanne

L'agriculture paysanne : une agriculture qui respecte le paysan et répond aux attentes de la société.

La raison d'être actuelle de l'agriculture paysanne est de promouvoir l'agriculture qui répond effectivement à l'ensemble des besoins de la société.

Un besoin alimentaire. Les consommateurs exigent de plus en plus une qualité gustative et sanitaire de leur alimentation. Ils souhaitent être informés des processus de fabrication de leur alimentation.

Un besoin d'animation du milieu rural. Jusqu'aux années 50, la population agricole représentait plus de 50% de la population rurale (souvent des pluri-actifs). Incontestablement, la fonction agricole animait et rythmait la vie rurale.

Un besoin de biens et services rendus par l'agriculture concernant le cadre de vie, le paysage, la gestion du territoire. Il s'agit d'une attente dans la vie quotidienne, pour les ruraux eux-mêmes, mais qui reste particulièrement aiguë pendant les périodes estivales et de vacances.

Un besoin concernant la qualité et la diversité du milieu naturel. Il s'agit ici de la fonction écologique de l'agriculture.

Pour répondre à l'ensemble de ces besoins, l'agriculture produit, toujours et en même temps, des biens marchands (biens alimentaires et non alimentaires) et des biens -pour l'instant- non marchands (paysage, territoire, environnement), de façon positive ou négative.

L'agriculture paysanne consiste à produire de façon combinée et avec la qualité exigée par la demande sociale, les biens marchands et non marchands. C'est donc le refus d'une agriculture duale, d'une bipolarisation. C'est également le refus d'une agriculture à deux vitesses, d'un côté une agriculture à vocation exportatrice et de l'autre une petite agriculture à laquelle seraient dévolues les fonctions d'entretien de l'espace rural.

 

L'agriculture paysanne porte en elle trois dimensions aussi fondamentales les unes que les autres :

Elle a une dimension sociale basée sur l'emploi, la solidarité entre paysans d'un même territoire, entre régions, entre paysans du monde. Le respect du droit à produire pour chaque paysan et chaque région est fondamental, sinon les plus puissants empièteront sur le droit de vie des autres, ce qui n'est pas gage d'équilibre et d'humanité. L'agriculture paysanne permet à un maximum d'actifs d'exercer la profession agricole.

Elle doit être économiquement efficace. Elle doit créer de la valeur ajoutée, par rapport aux moyens de production mis en œuvre et aux volumes produits. C'est la condition pour que les paysans puissent vivre avec des volumes de production relativement modestes, condition pour maintenir des actifs nombreux. Cette production économiquement efficace va de pair avec une production de qualité.

Elle doit respecter les consommateurs et la nature. C'est la contrepartie obligatoire à la contribution de la collectivité au secteur agricole. Il s'agit ici de la qualité alimentaire, des équilibres écologiques, de paysages, de la bio-diversité, etc...

La prise en compte de ces différentes dimensions dépend des choix personnels de paysans (c'est la notion de responsabilité de chacun), mais aussi du cadre politique : la politique agricole, par ses choix, peut favoriser ou handicaper l'avancée vers ce type d'agriculture.

 

L'agriculture paysanne doit permettre à un maximum de paysans répartis sur tout le territoire de vivre décemment de leur métier en produisant sur une exploitation à taille humaine une alimentation saine et de qualité, sans remettre en cause les ressources naturelles de demain. Elle doit participer avec les citoyens à rendre le milieu rural vivant dans un cadre de vie apprécié par tous.
02 54 61 62 40 - confpays36@gmail.com