de l'Indre

QUI SOMMES-NOUS

La charte de l'agriculture paysanne

L'outil

La charte de l'agriculture paysanne constitue un outil d'analyse des exploitations agricoles souhaitant entamer une démarche vers l'agriculture paysanne.

L'utilité de cet outil se situe à plusieurs niveaux :

- il permet une analyse complète de l'exploitation en mettant en évidence les points sur lesquels il faut progresser en priorité ;

- il peut être le support de formation, de préparation à l'installation, de réflexion au développement;

- il peut servir à définir des propositions de politiques agricoles (réforme de la Pac, diverses formules d'éco ou socio-conditionnalité etc...).

Et surtout, la charte de l'agriculture paysanne remet "la balle au centre" à un moment où tout le monde prétend promouvoir l'agriculture durable ; au moment où l'agriculture durable est souvent réduite à la prise en compte, à titre curatif, de certains éléments environnementaux (une porcherie industrielle avec l'unité de traitement du lisier serait de l'agriculture durable !...).


La démarche et le périmètre


L'agriculture paysanne est définie par une "démarche" et un "périmètre" : deux termes souvent utilisés par le groupe de travail "agriculture paysanne". Ce sont là les deux dimensions incontournables et complémentaires qui définissent l'agriculture paysanne.

La démarche est le sens, la direction, la boussole ; c'est la ligne d'horizon vers laquelle il faut tendre quelque soit la situation sur sa ferme. Elle est fondamentale car elle représente la dynamique qui en permanence doit motiver les individus et les groupes ; en permanence, il y a des défis à relever, des contradictions à résoudre, des équilibres à retrouver. Dans la charte, la démarche est matérialisée par les "Les dix principes de l'agriculture paysanne".

Mais la réalité n'est pas la seule démarche ; ce sont des pratiques précises, des systèmes plus ou moins complexes ; c'est un certain niveau d'intensification, une taille d'atelier, une façon de nourrir ses animaux, de traiter les maladies, de protéger les végétaux, un équilibre entre capital et travail, etc. Toute forme d'agriculture, et donc d'agriculture paysanne, est un ensemble de données technico-économiques, quantitatif ou qualitatif, qui font que ses effets sur la société sont positifs ou négatifs.
 
Une aire de reconnaissance

Et justement, au moment où les exigences de la société sont de plus en plus précises, au moment où éclatent les conflits entre un certain type d'agriculture et les citoyens, il est indispensable de définir précisément les contours de cette agriculture qui, en contrepartie de l'aide publique qu'elle reçoit, doit être celle dont la société a besoin. Si nous voulons limiter l'intensification, il faut définir un seuil maximum de chargement UGB*/ha, d'azote/ha ; de même pour la taille d'atelier par actif etc.

C'est cet ensemble de points marqués sur chacun des éléments (ou indicateurs) sur lesquels l'activité paysanne a un effet direct ou indirect, interne ou externe à l'exploitation, qui forment le "périmètre" ou "l'aire de reconnaissance" de l'agriculture paysanne.

Le développement de l'agriculture paysanne passe au moins par ces deux conditions :
le cadre politique qui au lieu de favoriser l'industrialisation et la concentration, doit soutenir l'agriculture paysanne.
les choix personnels des paysans sur leur ferme : nous avons un espace d'initiative et de responsabilité.

Vous êtes intéressé-e-s pour réaliser un diagnostic Agriculture paysanne sur votre ferme? contactez-nous! confpays36@gmail.com, 02 54 61 62 40.
02 54 61 62 40 - confpays36@gmail.com