de l'Indre

Berry Paysan


Le Berry Paysan est notre journal départemental à parution trimestrielle. Rédigé par des paysans volontaires, il informe des actualités agricoles départementales depuis plus de 15 ans.


Le numéro du mois

n° 72 - mars 2018
Editorial
Sommaire Dossier Archives

Editorial

"EGA :..et maintenant ?" Edito de Bertrand Joyeux, éleveur de caprins, bovins, ovins Membre du comité de publication du Berry Paysan


> Télécharger le numéro 72

Les États généraux de l'alimentation se sont terminés le 21 décembre 2017, les 4 axes de travail principaux étaient les suivants:    

  •  relancer la création de valeur et en assurer l'équitable répartition     
  •  permettre aux paysans de vivre dignement de leur travail
  • accompagner la transformation des modes de production
  • promouvoir les choix de consommation privilégiant une alimentation saine, sûre et durable

Derrière ces belles paroles, entre espoirs et désillusions, les sujets de lutte pullulent, afin que la loi qui découlera de ces EGA permette un réel changement d'orientation des politiques agricoles et alimentaires. La crainte, c'est que des annonces globalement positives, tel que le relèvement du seuil de revente à perte ou l'orientation vers une alimentation plus saine et durable, n'aient aucun effet positif sur le quotidien des paysannes et des paysans.

En effet, il est bon d'augmenter le seuil de revente à perte, mais en quoi cela va t'il augmenter le revenu des paysans?  Il est bon de privilégier une alimentation saine et durable, mais si la gestion de l'alimentation est toujours cadenassée par le couple agro-industrie/ grande distribution, où est la cohérence?

Lorsque l'on voit les fraudes massives et les scandales qui secouent le monde de l'agro-industrie, on se doit de réclamer un autre système alimentaire, rémunérateur pour les paysans, relocalisé, en lien avec les consommateurs.

Il faut remettre en place de la régulation, mieux répartir les productions, cesser la spécialisation des fermes, accompagner les paysans vers des formations leurs permettant de tendre vers des systèmes plus vertueux. Nous ne pouvons nous satisfaire de ces plans de filières sans réelles perspectives, trop cloisonnés, trop corporatistes. Il faut continuer de militer pour défendre l'agriculture paysanne, vectrice de progrès sociaux, et de lutter pour la mise en place d'une loi alimentation allant dans ce sens.

Bertrand Joyeux, éleveur de caprins, bovins, ovins Membre du comité de publication du Berry Paysan

02 54 61 62 40 - confpays36@gmail.com