Home > Communiqués de Presse > NON À LA FERME USINE DES 1000 VACHES ET À L'INDUSTRIALISATION DE ...
Partager sur :

COMMUNIQUE DE PRESSE

NON À LA FERME USINE DES 1000 VACHES ET À L'INDUSTRIALISATION DE L'AGRICULTURE !

28.05.2014
La Confédération paysanne de l'Indre soutient le démontage, de ce matin, de la salle de traite de la ferme-usine des 1000 vaches dans la Somme par une cinquantaine de paysans venus de toute la France.
 
A quelques semaines de la première traite annoncée par Michel Ramery (369ème fortune de France, patron d'une entreprise de BTP), la Confédération paysanne n'a pas eu le choix de prendre ses responsabilités pour stopper ce projet de ferme-usine qui symbolise l'industrialisation de l'agriculture et la disparition des paysans.

Le projet de la ferme des 1000 vaches est d'enfermer dans un bâtiment de 8500 m² 1000 vaches dont on utilisera simplement les déjections pour produire de l'énergie où le lait risque de n'être qu'un sous-produit du lisier et sera donc vendu à des prix cassés qui conduiront à leur perte des milliers d'éleveurs laitiers. Cette ferme sera gérée par un entrepreneur de l'agrobusiness et une dizaine de salariés qui ne seront pas des paysans mais des employés sans aucune autonomie décisionnelle, alors que les exploitations agricoles que le projet fera disparaitre comptent plus de quarante emplois.  Ces vaches qui ne verront jamais la lumière du jour seront nourries de façon industrielle avec des compléments de soja OGM importés et de maïs ensilage et des antibiotiques pour permettre la concentration d'autant d'animaux dans un même bâtiment d'élevage. La ferme-usine des 1000 vaches c'est une aberration économique, sociale, sanitaire et environnementale pour les paysans et pour tous les consommateurs. Il est urgent de le stopper maintenant.

C'est pourquoi la Confédération paysanne de l'Indre condamne l'interpellation des 4 paysans suite au démontage de la salle de traite et la possibilité d'une comparution immédiate, puisque c'est bien le projet de cette ferme usine qui est « violent » et qu'il faut condamner et non l'action de ces quelques paysans qui cherchent à protéger l'avenir de l'ensemble des agriculteurs et de protéger au nom de tous les citoyens la qualité de nos aliments, de nos ressources et de nos territoires.

Contacts :
Nicolas CALAME - Co-porte-parole - tél: 07 71 06 52 87
Laurent MOREAU - Co-porte-parole - tél: 02 54 37 54 67
NOUS CONTACTER Confédération paysanne de l'Indre -
02 54 61 62 40 - confpays36@gmail.com