Home > Actualités > Du glyphosate dans les urines de toutes les personnes testées !
Partager sur :
PESTICIDES
06.06.2019

Du glyphosate dans les urines de toutes les personnes testées !

06.06.2019 -
Un collectif d'asso de l'Indre, dont fait partir la Conf', a organisé le prélèvement d'urine de volontaires en présence d'huissier pour y tester le niveau de glyphosate. Les résultats étaient communiqués aux volontaires hier.

P résentation des résultats

5 juin 2019

 

Pourquoi cette campagne contre le glyphosate ?

Initiée par le collectif des Faucheurs Volontaires de l'Ariège lors de leur procès suite à leurs actions de rendre non commercialisable les pesticides vendus en grande surface, l'analyse d'urines de volontaires pour y rechercher la présence de glyphosate s'est rapidement répandue sur tout le territoire national. Coordonnée au niveau national, la Campagne « Du Glyphosate dans les urines, et toi ? » est relayée aujourd'hui par 77 collectifs locaux -comme chez nous dans l'Indre - et plus de 3500 volontaires ont déjà fait analyser leurs urines à travers la France. D'autres sont en cours, pour atteindre 5000 dans les semaines à venir .

Ces analyses montrent une présence systématique de glyphosate dans les urines analysées ce qui traduit le niveau général d'imprégnation par ce produit des aliments que nous absorbons, de l'eau que nous buvons, de l'air que nous respirons. En l'occurrence le glyphosate n'est qu'un indicateur de la pollution généralisée de notre environnement par les pesticides de tous genres : herbicides, insecticides, fongicides etc …

Or ces produits ont des effets délétères bien au-delà des seules cibles qu'ils sont censés toucher. Bon nombre d'entre eux ont des effets négatifs sur la santé humaine, cancérigènes probables ou avérés, perturbateurs endocriniens. Ils contribuent à l'effondrement de la biodiversité en perturbant la reproduction de certaines espèces (oiseaux, amphibiens) ou en tuant directement ou indirectement d'autres espèces en particulier les insectes, abeilles en particulier, dont une grande partie est à la base de la chaine alimentaire de nombreuses espèces de vertébrés.

Cette campagne vise donc à dénoncer cette imprégnation générale et à donner la possibilité au vu des résultats d'analyse obtenus à porter plainte collectivement contre les fabricants de ces produits et tous les responsables de leur évaluation et autorisation de commercialisation pour :

  • Atteinte à l'environnement

  • Tromperie aggravée

  • Mise en danger de la vie d'autrui

 

La Campagne glyphosate dans l'Indre

Réalisée par un collectif de 6 associations ou syndicats, la Campagneglyphosate36 a été lancée par un appel à volontaires pour des analyses d'urine en janvier 2019.

Au final 69 personnes se sont portées volontaires et ont fait analyser leurs urines, 33 femmes et 36 hommes.

34 communes des 4 coins de l'Indre sont représentées1. 2 volontaires venaient de deux communes limitrophes de l'Indre en Indre et Loire et Creuse.

Les prélèvements d'urines ont été faits devant huissiers les 10 et 11 avril.

Tous les volontaires ont rempli un questionnaire « Mode de vie » qui alimente l' analyse épidémiologique portée par le collectif national. Les renseignements demandés portaient sur le sexe, l'âge, la taille, le poids, la profession, le lieu de résidence, l'environnement du lieu de vie et du lieu de travail, l'alimentation, les addictions, les activités physiques et loisirs.

Les analyses ont été réalisées par le laboratoire allemand BioCheck, comme toutes les analyses de la campagne nationale, selon un protocole rigoureux et identique. La méthode d'analyse est la méthode ELISA.

Les résultats seront remis en main propre aux volontaires à la réunion du 5 juin.

Les résultats globaux sont les suivants :

Taux de glyphosate dans les urines des volontaires en ng/ml :

Femmes moyenne 0,809 mini 0,08 maxi 2,274

Hommes moyenne 0,868 mini 0,379 maxi 2,190

 

Rappel : le taux maximal de glyphosate autorisé dans l'eau potable est de 0,1 ng/ml

 

La réunion du 5 juin

Les volontaires se réuniront le 5 juin pour :

  • Leur remettre leur résultat d'analyse personnel. Chaque volontaire reste totalement maitre de la publicité qu'il voudra donner à ses résultats personnels.

  • Leur présenter la démarche à suivre en vue du dépôt de plainte. La date limite pour formaliser le dépôt de plainte par écrit étant fixé au 12 juillet. Le dépôt de plainte au Tribunal d'Instance de Châteauroux est envisagé pour septembre ou octobre.

  • Elaborer collectivement la communication sur les résultats.

D'ores et déjà il est prévu que certains volontaires présentent leurs résultats publiquement lors du rassemblement Nous voulons des coquelicots ! à Châteauroux le 7 juin.

 

1 Ardentes, Arthon, Buxières d'Aillac, Chasseneuil, Châteauroux, Châtillon sur Indre, Cléré du bois, Déols, Diors, Etrechet, La Châtre, Le Blanc, Le Poinçonnet, Le Pont-Chrétien, Lourdoueix Saint Michel, Lys saint Georges, Mers sur Indre, Palluau sur Indre, Parnac, Perassay, Rosnay, Ruffec le Château, Saint-Août, Saint Cyran du Jambot, Saint-Gaultier, Saint Georges sur Arnon, Saint-Genou, Saint Marcel, Saint Maur, Saint-Plantaire, Tranzault, Vatan, Velles, Villegoin.


 

Soutien financier à la campagne

 

Le coût des analyses a été entièrement financé par les volontaires. Les coûts liés aux prélèvements et au contrôle par huissiers est assuré par le collectif via un financement participatif et les dons déjà reçus. Mais pour assurer le financement des procédures judiciaires à venir le collectif a besoin encore de soutien financier :

http://www.helloasso.com/associations/indre-nature/collectes/campagne-glyphosate

ou par dons en chèque à l'ordre d'Indre Nature avec la mention au dos « Campagne glyphosate ».

 

Revue de presse

 

Article de la Nouvelle République du 06/06 à retrouver en cliquant ici. 

NOUS CONTACTER Confédération paysanne de l'Indre
02 54 61 62 40 - confpays36@gmail.com