Home > Actualités > Communiqué de Presse - Consultation sur la charte Zones de Non ...
Partager sur :
PESTICIDES
20.04.2020

Communiqué de Presse - Consultation sur la charte Zones de Non Traitements (ZNT) dans l'Indre

20.04.2020 -

Nous publions aujourd'hui un communiqué de presse relatif à la consultation en cours sur le site de la chambre d'agriculture concernant les Zones de Non Traitements dans l'Indre. Nous invitons l'ensemble des citoyen.ne.s à prendre connaissance de cette consultation et à y participer au lien suivant: https://www.enquetes-publiques.com/Enquetes_WEB/FR/Concertation-Publique-E.awp?P1=EP20146

Communique de presse

Le 16 avril 2020

 

Charte ZNT dans l'Indre, un moment mal choisi

Une consultation en catimini en période d'épidémie

 

En pleine période de confinement, et uniquement en ligne, la Préfecture a lancé sur le site de la Chambre d'agriculture et jusqu'au 30 avril, une consultation sur la charte pour les zones de non traitement (ZNT) dans l'Indre.

La Confédération Paysanne de l'Indre considère inadmissible que l'Etat ne soit pas l'organisateur de cette consultation. En effet comment comprendre que ce soit la chambre d'agriculture (et donc la seule FDSEA* dont les liens avec l'industrie phytosanitaire ont été souvent dénoncés) qui soit en charge de mener la consultation sur le sujet ? En outre c'est dans un contexte bien particulier et avec très peu de publicité que cette « consultation » a lieu sur une charte qui prévoit de réduire de 5m à 3 m les limites d'épandages. Il nous semble pourtant que cet enjeu de santé publique, qui intéresse de nombreux.ses élu.e.s et habitant.e.s du département aurait mérité un traitement plus sérieux et donc une consultation plus large (ne se limitant pas à une association de maires sur les quatre du département et utilisant de façon plus efficace les outils informatiques : mails des mairies, réseaux sociaux...etc).

Pour la Confédération paysanne de l'Indre la mise en place de ces zones de non traitement n'avait pas d'autre vocation que celle d'acheter la paix sociale dans les campagnes, avec l'accord du lobby des pesticides. Après avoir fait semblant de prendre en charge la situation des riverains, l'État pouvait se dédouaner de toute politique publique d'ampleur réellement protectrice. Il a juste besoin de revenir de temps en temps pour "arbitrer" quelques mètres qui ne feront aucune différence.

La meilleure manière de protéger la santé des paysan.nes et de la population en général est de permettre au monde agricole de s'affranchir des pesticides. Pour la Confédération paysanne, on ne protégera les riverains qu'en protégeant aussi les paysans. Cela se fera par l'interdiction immédiate des molécules les plus dangereuses et une généralisation des alternatives aux pesticides sur tout le territoire.

Les fermes Dephy* montrent pourtant qu'il est possible d'atteindre au moins une baisse de 50% de l'utilisation des pesticides à système économique constant. Pour s'affranchir des pesticides en engageant des changements agronomiques et systémiques profonds, seuls des soutiens massifs aux paysans et des mesures vis-à-vis des importations permettront une généralisation de l'évolution des pratiques. Car ce qui l'empêche ce n'est pas la supposée absence d'alternatives, mais le surcoût du changement et l'absence de rémunération des produits agricoles.

* Le réseau FERME DEPHY rassemble plus de 3 000 exploitations engagées dans une démarche volontaire de réduction de l'usage de pesticides

NOUS CONTACTER Confédération paysanne de l'Indre
02 54 61 62 40 - confpays36@gmail.com